mercredi 22 octobre 2014

No Drum No Moog - Documents Synthétiques


Date de sortie : 17 octobre 2014 | Label : Specific Recordings

Mais bien sûr, No Drum No Moog... Un mensonge éhonté. Du moog et de la batterie, il n'y a que ça dans ce disque. Pour celles et ceux que ça pourrait intéresser, en voilà d'ailleurs la liste exhaustive : Minimoog, Memorymoog, Moog Taurus 1 acoquinés à un arsenal d'autres trucs exclusivement analogo-synthétiques. Korg MS20, Korg Monotribe, Roland TR-808, Mattel Synsonics Drums et, quand même, in fine, de vraies Wooding Drums. Bref, on s'attend donc à quelque chose d'artificiel, de majoritairement robotique, la chair bien planquée derrière les machines. Et justement, concernant ce dernier point, le trio ne ment pas en appelant sa collection de morceaux Documents Synthétiques. Un disque paru un peu plus tôt dans l'année Chez.Kito.Kat Records au format CD et qui renaît aujourd'hui via Specific Recordings mais en vinyle. Avec une tracklist remaniée pour l'occasion et un nouvel artwork. Envolés les motifs célestes, place à l'estampe et au tissu. Le propos quant à lui ne change pas : du moog, partout, jusqu'au fin fond de la moindre parcelle, parfois esseulé mais le plus souvent accompagné. D'un autre moog évidemment ou d'un autre clavier, voire d'encore plus de moog et de claviers. En face, ou plutôt à côté, une batterie, parfois en plastique, parfois en bois. On trouve même un saxophone baryton sur l'impressionnant Omnia Vincit Amor sans que cela n'altère aucunement la baston synthético-anologique qui se déroule en-dessous. Et puis, pour compléter l'ensemble, une voix se fait entendre de temps en temps (sur Off In Tambov par exemple), peut-être pas complètement humaine mais une voix tout de même, qui transperce l'armure abstraite. Deux naissances la même année, ce n'est tout de même pas donné à tout le monde et ça permet d'y jeter à nouveau une oreille. Oui, parce qu'au départ, on est un peu loin de la zone de confort de ce blog. Le Moog, avec ses stridences caractéristiques, offre des sons que l'on pourrait qualifier, en toute subjectivité, d'incongrus, voire de kitsch. Et, fatalement, avec un tel vernis suranné et virevoltant, on se dit qu'il va être difficile d'adhérer.

Mais bien sûr, on se trompe. No Drum No Moog est faussement positif. Sa musique peut même se montrer sacrément triste ou menaçante. Et derrière l'habillage léger et iconoclaste, ces In The Moog For Love, Le Tour De France Cycliste et autres clins d’œil potaches, ces sonorités héritées de Cosmos 1999 ou tout autre document télévisuel qui affublaient le futur d'un côté dramatiquement daté (un comble), point en réalité une sacrée densité. Sans pour autant que Documents Synthétiques n'en devienne indigeste. Des nappes sombres ici, une dentelle mélancolique là, une batterie véloce ailleurs, beaucoup d'éléments viennent contrecarrer la personnalité fantasque du moog et on surprend ce dernier le plus souvent les larmes aux yeux, à fumer clopes sur clopes, le moral dans les chaussettes. Plus proche de TransAm que des Rentals, parfois les deux pieds dans un marécage kraut-free-rock qui n'est pas sans rappeler Salaryman ou Add N to (X), No Drum No Moog élabore des pièces touchantes montrant paradoxalement une grande variété étant donné le paradigme que s'impose le trio. Rien de pire qu'une formule pour tomber dedans mais pas de ça ici. Tantôt introspectif, tantôt expansif, Documents Synthétiques multiplie les approches tout en restant en permanence cohérent : on sent bien le fantôme dans la machine. Et s'il arrive parfois qu'il en fasse trop, il ne tombe jamais dans les travers de la muzak ou du papier peint, aussi joli soit-il. Beaucoup trop d'accidents et d'entropie là-dedans pour se contenter de n'être que tiède. Ainsi, pour un Off In Tambov ou un In The Moog For Love un poil trop évidents, HanamiOmnia Vincit Amor ou encore Le Tour De France Cycliste (hommage à peine voilé à qui-vous-savez) viennent de suite rétablir l'équilibre. Pour une dose de joliesse, la même de poil à gratter, pour une autre d'évidence, une nouvelle d'abstraction sans qu'elles ne s'annulent jamais. Dès lors, les bruits incongrus (on entend vraiment chanter le flipper sur Centaur), les samples (Dali expliquant les vertus du tour de France en ouverture du morceau du même nom, la voix synthétique qui introduit le disque) et tous les éléments qui viennent aérer la musique de No Drum No Moog mettent en exergue ceux qui l'assombrissent (les nappes, la répétition, les mélodies exaltées) et réciproquement.

Ajoutons à cela un sens de l'urgence et une belle utilisation de la tension et l'on se retrouve avec un disque en permanence accaparant, y compris lors des rares passages qui convainquent un peu moins. Un maelstrom qui emporte tout, supérieur à Monomur, leur premier essai de 2011 dont on retrouve d'ailleurs deux remixes (signés respectivement Mr. Bios et Artaban) - exercice dont on sait à quel point il peut se montrer casse-gueule - mais qui, loin de nuire au propos, mettent en avant la qualité d'écriture qui inonde chaque morceau. Parfaitement intégrés à la tonalité générale, ils n'aplanissent ni le moog ni la drum et n'altèrent aucunement le climax. En outre, ils permettent de mesurer le bond en avant réalisé par le groupe. Moins de maths dans l'ensemble, moins d'éparpillement et plus de personnalité.

Désormais lui-même, No Drum No Moog.

Parfois drôle, souvent hypnotique, tout le temps exalté, il est incontestable que l'on tient en Documents Synthétiques un album en tout point réussi.

leoluce

mardi 21 octobre 2014

Deep & Dark Download of the Day : Aires / Rui P. Andrade / Earthly Beasts - Split


Immersions croisées pour ces trois Portugais adeptes d'un dark ambient oppressant et abstrait. Des trois, on connaissait surtout Rui Paulino Andrade, révélé par l'excellent Jerome Faria (l'intrigant 100421 sur notre compil' Elsewhere l'an passé, c'était lui) sur son label BRØQN avec l'énigmatique et insidieux Vessels en 2012. Tout en basses fréquences mystiques et capiteuses allant crescendo vers une résurgence de bruit blanc et de pulsations oscillantes, son Turdus Merula (le nom latin du Merle commun) à base de field recordings et de guitare manipulés est le climax sismique de cette triplette vouée à retranscrire l'irrésistible appel des ténèbres par delà l'espace et le temps.

Quant à Aires, fort d'un premier opus aussi magnétique que concis sorti l'hiver dernier sur le même netlabel Enough Records (dédié aux expérimentations de la scène ambient portugaise) qui édite le présent split, il ouvre l'album sur une transmission radio aux voix étouffées par un flot d'idiophones stridents, laissant au Lisboète Earthly Beasts le soin de conclure avec ses textures à combustion lente et ses beats indus clairsemés, sur un Erebus plus contrasté mais tout aussi minimaliste et pénétrant que ses prédécesseurs.


Télécharger Aires / Rui P. Andrade / Earthly Beasts - Split

samedi 18 octobre 2014

Deep & Dark Download of the Day : Hanetration - Murmurist EP


Parti en 2012 d'un Tenth Oar pour le moins poussif dans les effets que déployait son maelstrom mystique et décadent, on ne donnait pas cher d'Hanetration. Mais étoffant ensuite son univers, sur l'excellent Torn Heat, de beats neurasthéniques parfaitement accordés à ces nappes distordues flirtant avec l'hantologie, le Londonien est peu à peu sorti de la confidentialité, avec le mérite de n'avoir jamais sacrifié son éthique DIY et cette esthétique lo-fi finalement transfigurée par des compositions plus réfléchies. Deux ans plus tard, il continue ainsi de lâcher ses réalisations en libre téléchargement, de l'immersif mais un brin languissant Nae Troth avec ses 22 minutes de progression décatie jusqu'au lancinant (et très bon) Timelapse, climax narratif mêlant cordes ectoplasmiques, radiations insidieuses et pulsations ethno-indus, à base de sons trouvés, dans une atmosphère de désolation.

Comme du Boards of Canada période Geogaddi joué au ralenti (Wither) dont on aurait troqué les rythmiques downtempo contre une poignée d'idiophones poussiéreux (Sundown, intrigant et beau comme le rite funéraire de quelque minorité tibétaine oubliée), Murmurist poursuit donc le travail d'érosion spirituelle de ces quatre précédents formats courts. A l'œuvre, toujours cette même inspiration élégiaque et déliquescente (les drones de Morning aux allures d'harmonium vacillant) mais secouée cette fois d'étranges échos de groove ésotérico-somatique (Begin et ses crépitements organiques agencés en boucles abstraites ; les percus chamaniques de Fly) pour mieux mettre en valeur les errances transcendantales des morceaux plus ambient dont les textures gondolent et se liquéfient à vue d'œil. Fascinant.


Télécharger Hanetration - Murmurist EP

vendredi 17 octobre 2014

Deep & Dark Download of the Day : André Foisy - After The Prophecy EP


Avant le drone doom rampant vers le néant de son dernier album solo The End Of History paru au printemps chez TQA Records (label de l'excellent Thisquietarmy), André Foisy tentait de reconstruire sans pour autant s'abandonner à l'espoir d'un avenir meilleur sur cet EP, initialement sorti en cassette limitée sur son propre label Land of Decay en 2009, dont les invocations instrumentales itératives et saturées lâchent peu à peu la bride des Éléments, générateurs de vie, sur les déserts de cendres d'un monde dévasté.

Des motifs de guitare et de percus réverbérées d'un Great Disappointment dont la transe mystique semble tituber sous le poids de la fatalité, aux crins lancinants et autres larsens obsédants de l'épopée post-apocalyptique Call To Clarion: Flee That Flood qui n'est pas sans rappeler par son crescendo de tension pelée les grandes heures du Silver Mt. Zion d'avant Horses in the Sky, le Chicagoan échappé des doomeux Locrian préfigure quelque peu sa rencontre avec Oikos en transformant progressivement ses maelstroms minimaux et abstraits en méditation élégiaque sur l'amertume des prophéties déçues, pas loin de ce que font les Madrilènes de leur côté.

Bien que renaissantes, les mélodies de guitare claire sont ainsi condamnées à errer sans espoir de retour et ne faire écho qu'à elles-mêmes dans un no man's land kraut aux rythmiques sur le déclin. Bientôt, le changement attendu n'est plus qu'un rêve aux souvenirs flous et nous revoilà flottant dans l'éther, purs esprits dont l'incarnation ne fut qu'un éclair d'imagination.


Télécharger André Foisy - After The Prophecy EP

jeudi 16 octobre 2014

Siavash Amini - What Wind Whispered To The Trees


Sortie : 6 octobre 2014 | Label : Futuresequence

Après une cassette sortie en février dernier, Till Human Voices Wake Us aussi vaporeuse que réussie, l’Iranien Siavash Amini réalise un disque au titre non moins évocateur, What Wind Whispered To The Trees, paru chez les Anglais de Futuresequence

Si son goût pour les notes qui sonnent comme des gouttes légères embuées de halos de vapeur n’a pas faibli, son travail sur la consistance des textures et des nappes a développé une tournure nouvelle. Lestés d’une charge dramatique menaçante, les drones de guitare se sont étoffés de reverbs qui construisent à elles seules des monuments de matière vacillante. What Wind Whispered To The Trees prend pour thème deux romans de Dostoïevski, Les Démons et Les Frères Karamazov, et cette trame y est sans doute pour beaucoup dans cet assombrissement. A ce titre, le splendide morceau d’ouverture, The Wind, s’illustre en particulier, dressant des colonnes de fumée grondante, qui s’épanchent en un ciel maculé de suie. Une progression quasi épique fait intervenir au sein de ces émanations un fil mélodique aigu, lyrique, qui introduit imperceptiblement le violon douloureux de Nima Aghiani. La tension s’adoucira par la suite sans jamais se défaire de ce sentiment tragique, de cette impression funeste de faille, laissant planer l’attente du moment de la déchirure. 

Au delà de l’étoffe même des drones qui charpentent cet album, la beauté perçue doit beaucoup aux incursions néo-classiques auxquelles donnent lieu les méandres de cordes. Les grésillements viennent parfois moduler, à la façon d’un vibrato, les plages amples et graves que trace le violon. Plus tard, l’instrument gagne le premier plan, léchant la toile comme un pinceau hardi. L’équilibre, combinaison sobre mais si complexe, se créé alors entre l’élan noble et poignant des cordes, la pesanteur des bourdons de guitare et les mélodies opalines qui luisent en fond. Pour ne rien gâcher, le mastering du vénérable Lawrence English apporte à l’objet un grain inimitable. L’ambient de Siavash Amini est de ceux qui parlent, vibrent et font écho sur le champ, évoquant mille choses, recoins et  références que l’on touche du doigt sans chercher à les nommer. Influencé également par la philosophie, par Barthes, comme par l’Iran du Sud, le musicien n’en compose pas moins une musique aussi nébuleuse qu’équivoque, susceptible d’être absorbée et comprise sous l’angle de multiples sensibilités. Bulle introspective et substantielle, What Wind Whispered To The Trees est de ces cabanes haut perchées dans lesquelles on ne se recueille qu’en compagnie de la rumeur des bois. 

Manolito


mardi 14 octobre 2014

Tadash - Shadow Of Dreams


Date de sortie : 29 septembre 2014 | Label : Autoproduction

Shadow Of Dreams, premier titre incantatoire de cet album portant le même nom, suit une trajectoire insidieusement métamorphe et, d'emblée, balance crânement ses atouts sur le tapis de jeu : électronique pelée, post-punk patraque, drone liturgique et psalmodies habitées constituent l'ordinaire d'un album plutôt renfrogné. Un cri à peine plus audible qu'un murmure mais un cri quand même. Une rage contenue, une urgence contrariée qui se force elle-même à prendre le temps. C'est à la fois très sombre et très aéré. Une entame qui se charge de peupler le cerveau d'images mentales qui ne s'évaporeront qu'à la toute fin : nuances de gris et de noir dans les coins, des touches de blanc au centre, quelques ouvertures pour laisser passer un peu d'air et de la lumière, un contraste aveuglant qui force l'auditeur à plisser ses yeux pour espérer une quelconque mise au point. D'ailleurs, c'est souvent le flou qui prédomine. On arpente un chemin musical balisé de kerns anthracites érigés auparavant par - entre autres - The Cure (les basses arachnéennes et le moral dans les chaussettes), Joy Division (la voix étranglée, expulsée dans une urgence désespérée), Hood (la mélancolie pluvieuse qui se drape d'électronique) ou même Diabologum (les paroles parfois en Français sur fond d'arrangements pas vraiment guillerets) et, bien que constitué de raccourcis, le sentier se montre extrêmement sinueux. Pour avancer d'un mètre à vol d'oiseau, on en marche cinq. Le disque dépasse le cadre de sa stricte écoute par un jeu de réminiscences qui provoque l'étrange sensation d'être face à une musique que l'on connaît bien alors qu'en fait, on ne la connait pas. Faut-il attendre par-là que Tadash n'est qu'une réunion d'habiles faiseurs ? Évidemment non. Beaucoup trop à poil, beaucoup trop sincère, envoyant valdinguer hors de sa musique la moindre fioriture qui pourrait arrondir les angles, le duo se montre tel qu'il est : un peu de traviole, ses tripes entières dans ses morceaux égratignés au service d'un disque attachant et souvent beau. Il se tient exactement là où l'on voudrait qu'il se tienne, élégant et écorché, comme si le duo avait farfouillé sur nos étagères à la recherche des albums d'île déserte et en avait croqué la synthèse en quelques morceaux : si les accents sont familiers, c'est avant tout parce qu'ils nous parlent et surtout parce qu'on a l'impression qu'ils ne s'adressent qu'à nous.

Ainsi, des notes tintinnabulantes qui rythment parfaitement Commère La Mort aux nappes de synthétiseurs héritées de Carpenter qui soutiennent Toujours La Même Histoire, de Filature qui évoque Trisomie 21 égaré au beau milieu d'une cathédrale gothique à Creuser Ta Tombe, martial et contenu, le duo montre une multitude de visages et de personnalités : un pied en permanence dans le post-punk (la basse en avant), l'autre souvent ailleurs, Tadash ne se répète jamais tout en conservant la même humeur maussade. Les morceaux défilent mais diffèrent de ceux qui les suivent ou les précèdent. Dans le même temps, la scansion élégante d'un orgue de barbarie (le magnifique Ailleurs D'en Face) ou les notes suspendues dans les airs d'une guitare liquide associées au glas d'une cloche mortifère (Little Hope - Ouvrir Canal) s'évaporent peu à peu au profit d'une autre idée qui passe insidieusement devant, ce qui fait qu'à l'intérieur d'un même morceau, rien ne se ressemble non plus. À jouer ainsi au chat et à la souris, Tadash pourrait perdre le fil et perdre aussi l'auditeur mais non, ça n'arrive jamais. Bien qu'un brin dilettante, le duo sait ce qu'il veut et ce qu'il fait. "Un étant donné/Sur la plage/Les pieds dans la neige" avance-t-il d'ailleurs sur le dernier titre, parfait épilogue oxymore qui cultive le paradoxe dans ses paroles mais aussi ses arrangements en doublant les nappes inquiètes de cris incongrus, livrant par là même l'une des clés de sa musique. Poussières de dark ambient agrégées sur des gouttes de folk, drones sépulcraux enveloppant les cordes de la basse, field recordings agrémentant discrètement l'ensemble, Cyrod Iceberg et Clément Malherbe façonnent une sphère bien noire qui retient la lumière et plus sûrement notre attention. Alors, bien sûr, à explorer comme cela de multiples directions, il arrive qu'un morceau soit parfois en-dessous des autres - c'est d'ailleurs très subjectif (les nappes au début de Théorème En Grain ainsi que sa mélodie ne me convainquent pas des masses) - ou qu'une intention n'aille pas jusqu'au bout (on aurait aimé des guitares parfois plus mordantes) mais rien de bien méchant et rien qui n'entame la majesté de l'ensemble. D'autant plus qu'il s'agit-là d'un premier album (si on fait abstraction de l'EP dont trois titres sur quatre se retrouvent ici) et que la trajectoire de Tadash ne peut être qu’ascensionnelle.

Pour finir, Shadow Of Dream, "enregistré, mixé et mastérisé à la maison", montre un grain sonore qui lui sied parfaitement. On sent bien qu'un peu plus de rondeur et d'enrobage en aurait cassé le fragile équilibre en gommant les chausse-trappes et accidents qui donnent à Tadash tout son sel, le rendent si humain et touchant. Sec et pelé comme les morceaux qui le portent, l'album est un bloc catadioptre très cohérent. On tient-là quelque chose qui montre une belle personnalité et qui, par son goût de l'exploration et de la recherche inlassables, se montre particulièrement accaparant.

Chapeau bas.

leoluce